mardi 2 juillet 2013

Ne venez pas sur Google+

Comment, vous ne le savez pas encore ? Pourtant, on vous le dit depuis le jour de son lancement : Google+ est un désert. Google+ est vide. Je tiens à vous le dire ici, de manière très officielle : ne venez pas sur Google+.

Ne croyez pas ceux qui vous disent le contraire.


Les seuls utilisateurs de Google+ dans la même pièce.
Ces gens-là sont probablement stupides et ignorants, ils ne lisent pas la presse spécialisée comme vous, ne sont pas experts en stratégie Social Media ou en SEO comme vous, ne dirigent pas des agences à gros budgets comme vous. Vous, vous savez ! Vous savez que ces gens perdent leurs temps dans ce désert, pendant que vous remportez un franc succès avec votre page Pinterest de marque ou vos millions de fans sur Facebook. Ah ! Qu'ils sont stupides, ces gens sur Google+ ! Vous vous asseyez et sifflez votre coupe de champagne en soirée avec des bloggeurs. Après tout, vous l'avez bien mérité : ce mois-ci, vous avez frolez le 1% d'engagement sur votre page Facebook à l'aide de cette photo ou vous invitiez vos "likeurs'", en jouant sur des leviers cognitifs poussés et de manière très ingénieuse, à commenter votre publication via une question en choix "A ou B". En plus, un jour vous avez été sur Google+ pendant 10 minutes, histoire de le reconnaître quand vous verrez passer des screenshots de l'interface, c'est suffisant pour bluffer l'annonceur, alors tout va bien.

Cette plateforme va échouer, de toute façon.


Quand on vous parle de Google+
Ça aussi vous le savez, puisque ça fait 2 ans qu'on le dit. Quoi, Google+ a 2 ans ? Diantre, c'est qu'il est résistant ce réseau ou seuls les employés de Google sont actifs. Intérieurement, vous pensez à toutes ces marques présentes dessus, et vous rigolez. Belle bande d'amateurs ! +Cadbury UK+LDLC.com+ALLORESTO.fr+PSG - Paris Saint-Germain, pire, +Président Crème et ses hangouts (une sorte de "visio-conf comme Skype", vous le savez car c'est ce que votre ancien camarade d'école Marketing a tweeté ce matin) avec Tabata de TopChef ! Avec vos collègues, vous déconnez en sirotant votre café froid : "et là, ils avaient plus de 2 personnes dans un hangout ! :'D ". L'éclate est totale. Cependant, votre petite fête intérieure est gâchée quand vous repensez rapidement à votre ToDo : mince, vous êtes à la bourre sur l'ajout de l'app-concours Facebook et vous vous notez de ne pas oublier de relancer le prestataire spécialisé dans ce genre de petites applications. Vu son prix, vous pouvez l'exiger.

Tout de même, ça vous intrigue.


Apply cold water to burned area
Entre deux brainstormings pour savoir si vous allez proposer à l'annonceur une nouvelle campagne originale (pouvoir faire customiser l'éthique l’étiquette de son produit en donnant la possibilité aux internautes d'y apposer leur portrait ou leur prénom), vous vous demandez secrètement si vous ne devriez pas avoir un profil, ni vu ni connu, sur Google+. Alors vous en faites un, et vous n'y êtes actif que pour lâcher le lien de votre dernier article de blog, car même si vous dénigrez cette ville fantôme, recevoir plein de clics de fantômes ne vous laisse pas indifférent. Cependant, ces liens postés ne vous apportent ni +1, ni commentaires, ni partages sur Google+. Tout rouge et tout blessé dans votre orgueil, vous constatez de manière neutre et objective que puisque personne ne s’intéresse à votre débit en mode flux RSS automatisé sur Google+, si personne ne vous ajoute alors que sur Twitter vous avez 5K+ followers (et que vous êtes forcément un influenceur, un créateur de tendances !), c'est la confirmation qu'il n'y a personne ici.

Alors j'insiste : ne venez pas sur Google+. Il n'y a personne.


Avec tout mon respect pour votre titre d'expert.

Merci encore.